Marie dans l’Ancien Testament

31 Juillet, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality
L’arbre de Jessé, représentant l’ascendance de la Vierge Marie

L’homme a refusé d’aimer Dieu lorsqu’il a été tenté par le diable et s’est laissé tromper par lui. Mais puisque l’homme est tombé par faiblesse, Dieu, dans sa providence éternelle, a décidé de ne pas abandonner l’œuvre de ses mains à la ruine éternelle.

Ainsi, Lui qui a « merveilleusement créé » l’univers, a décidé de le « renouveler encore plus merveilleusement » (offertoire de la Messe).

Le péché de nos premiers parents devait être suivi d’un châtiment, mais au moment de l’expulsion du Paradis, de la perte de l’immortalité et de l’amitié divine, Dieu a promis à l’humanité la rédemption à venir, à savoir que le jour viendrait où les chaînes de Satan seraient desserrées.

« Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité. Elle t’écrasera la tête, et tu la guetteras au talon. » (Gn 3, 15)

Si le peuple n’avait pas reçu cette lumière, il aurait désespéré. Mais cette première bonne nouvelle leur a été donnée dès le début (d’où le nom de Protévangile), et cette première espérance, c’est la femme et sa progéniture, Marie et son divin Fils.

Le pape Pie IX le confirme dans la bulle Ineffabilis Deus : « C’est ainsi qu’ils [les Pères et les docteurs de l’Église] reviennent sans cesse sur les paroles par lesquelles Dieu a ouvert la perspective du salut des hommes dès le début. Le moyen que sa bonté a fourni a été d’une part de briser l’arrogance du serpent séducteur, et d’autre part de restaurer l’espoir de notre race de façon inconcevable.

« Ainsi, chaque fois que les Pères citent ces paroles de Dieu : “Je mettrai l’inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité”, ils déclarent que par cette parole de Dieu, il est fait clairement et ouvertement référence au Rédempteur de la race humaine, au Fils unique de Dieu, Jésus-Christ, et donc aussi à sa très sainte Mère, la Vierge Marie, et qu’en même temps, l’inimitié implacable des deux contre le démon, y est clairement exprimée.

« Ainsi, de même que le Christ, médiateur entre Dieu et les hommes, après avoir assumé la nature humaine, a effacé le décret qui nous opposait à Lui et l’a attaché triomphalement à la croix, de même la très sainte Vierge, unie à Lui par un lien des plus intimes et indissolubles, était, avec Lui et à travers Lui, éternellement en inimitié avec le serpent, et triomphait le plus complètement de lui, et écrasa ainsi sa tête avec son pied immaculé. »

Parmi les prophètes, c’est Isaïe qui décrit le plus clairement le Rédempteur à venir, l’annonçant comme le Fils né d’une vierge (Is 7, 14). Le livre de la Sagesse loue la femme à venir comme « bien-aimée de Dieu » (Cantique des Cantiques 2, 16), « comme la fille du roi » (Ps 44, 14).

La femme qui écrasera le serpent « vient comme l’aurore du matin, belle comme la lune, éclatante comme le soleil, terrible comme une armée rangée en bataille » (Cantique des Cantiques 6, 9). « Tu es toute belle, ô mon amour, et il n’y a pas de tache en toi » (Cantique des Cantiques 4, 7). Ainsi, dès le début, l’Immaculée est au centre des promesses.

En effet, Dieu aurait pu racheter le monde de nombreuses autres manières possibles. Ce qui compte pour nous, c’est la réalité, à savoir la façon qu’Il a choisi, de fait.

« Dieu a décidé de commencer et d’accomplir ses plus grandes œuvres à travers la Sainte Vierge depuis qu’il l’a créée, (et) nous pouvons croire en toute sécurité qu’il ne changera pas son plan dans le futur, car il est Dieu et ne change donc pas ses pensées ni sa façon d’agir. » (Saint Louis Marie Grignion de Montfort)